N’étant que des amateurs nous pouvons parler de création et de réalisation d’un rêve porté pendant près de trente ans, par la passion des plantes.
Trente ans pour acquérir cette terre et la transformer en jardin, après le départ des dernières occupantes : un troupeau de vaches.

Tout au long des ces années, nous avons visités des jardins, de nombreux jardins, français, étrangers, recueilli et noté les idées qui nous plaisaient et nous semblaient intéressantes, que ce soit sur le plan de la conception, des végétaux, ou de la technique, et imaginé ce que pourrait être notre futur jardin, si nous avions à nous agrandir.

JARDIN RÊVE

Jardin création : le rêve devient réalité avec tout ce que cela comporte de technicité : réseaux, alimentation des étangs en récupérant les eaux de pluie des toits de la maison, forage, les camions de terre, car impossible de planter dans la terre d’origine qui n’était que glaise et pierres, circuits d’arrosage, construction des murs de clôture, de soutènement, lumière, etc.

La mise en œuvre se fit au printemps 2004 après trois mois de réflexions sur plan : deux pièces d’eau, la roseraie, la butte, le chemin « point de vue », le tracé des allées, sinueuses, pour créer des surprises, des perspectives, la haie, les fruitiers, la cuisine d’été, le potager (clos de murs, comme dans les châteaux), la prairie, la cascade, le jardin méditerranéen,, préserver la vue sur la forêt toute proche, ne pas occulter l’espace.

Jardin plantations : listes, visites des roseraies, des pépinières, fêtes des plantes, se plonger dans les livres, les catalogues, etc. Trouver les raretés, les rosiers jamais malades.

Jardin travail : la plantation de chaque arbre demande un m3 de nouvelle terre, en évacuant l’argile où il était impossible de planter.

Jardin plaisir : le rêve continue et le plaisir arrive. Nous avons lâché notre imagination et récolté beaucoup de bonheur.

Jardin passion qui exalte nos cinq sens :

  • L’ouïe: clapotis de la pluie, bruissement du vent, des insectes, chants des oiseaux, coassements des grenouilles, etc.
  • Le toucher : la caresse des écorces, des feuilles, des fruits, etc.
  • L’odorat : l’odeur de la terre après la pluie, la terre qui respire, la fragrance des chèvrefeuilles, des éléagnus à la nuit tombante, le parfum des roses à chaque passage, etc.
  • Le goût : découvertes nouvelles : fruits du plaqueminier, nèfles, noisettes de Byzance, légumes oubliés, etc.
  • La vue : émotion toujours présente à chaque détour d’allée, observation plaisir et utile pour détecter insectes ou maladies, etc.

Dans ce jardin, les saisons ont un sens : le réveil de la nature au printemps, l’opulence de l’été, les récoltes et l’assouplissement de l’automne, le sommeil hivernal.

Y descendre n’a jamais de fin : cela peut durer des heures, le temps est oublié.

Des bancs pour se poser, des salons « pause », un ponton chaise-longue où le livre tombe des mains pour admirer les libellules, observer les grenouilles, les insectes, les poissons, etc.